Internet
Essayez les alternatives à Google Maps

Il existe des services alternatifs à Google Maps, avec leurs avantages et leurs défauts. Apple et Microsoft ont chacun créé le leur, mais accusent un certain retard sur leur rival. Leur principal atout est d’éviter d’autoriser Google à accéder à toutes vos données. D’autres éditeurs proposent des services de carto­graphie qui se distinguent tous en offrant d’autres fonctionnalités. Certains mettent en avant une connaissance des transports en commun, ce qui permet de planifier ses trajets de bus ou de métro. D’autres calculent le prix des trajets, ou encore se concentrent sur la conduite afin d’offrir un système de navigation simple à utiliser. Choisissez l’applica­tion qui vous correspond le mieux.

Suite de l'article dans Plenior n°16 (mai 2021)
5 jeux pour muscler vos méninges

Des seniors champions de jeux vidéo

En juin 2020, Hamako Mori, une Japonaise âgée de 90 ans, recevait le titre de la « gainer », c’est-à-dire la joueuse de jeux vidéo, la plus âgée du monde selon le Guinness Book des records. Elle a débuté dans les années 1980 avec des consoles Nintendo, puis a adopté une PlayStation. En 2014, elle avait même monté sa chaîne YouTube pour partager sa passion. Elle apprécie aussi Call of Duty, un jeu de guerre et d’action en réseau, et le jeu de courses automobiles GTA 5. La nonagénaire passe au moins trois heures par jour à jouer !

Dans la même veine, un Chinois, Yang Binglin, âgé de 86 ans, est un grand amateur de jeux vidéo. Il ne joue qu’aux jeux d’hor­reur et il aurait terminé 300 jeux en vingt ans. Lui aussi joue trois heures par jour.

Suite de l'article dans Plenior n°16 (mai 2021)
Smartphone & Tablettes
Parlez à votre téléphone, il vous répond

Vous êtes certainement équipé d’un smartphone. Plutôt que de vous évertuer à le déverrouiller et le manipuler pour écrire des messages ou passer un appel, ou encore trouver un itinéraire, sachez qu’il est possible de lui parler pour lui demander d’effectuer une tâche précise. Sur un iPhone, c’est l’assistant vocal Siri qui s’y colle. Avec un smartphone Android, il s’agit de l’assistant Google. Dans cet article, vous allez prendre le contrôle de votre mobile et lui donner des instructions tout en conservant les mains libres. Vous allez constater que ces assistants vocaux contribuent largement à vous faciliter l’utilisa­tion du smartphone.

Suite de l'article dans Plenior n°16 (mai 2021)
Trucs & astuces
Les montres connectées, utiles pour détecter la COVID-19 avant les symptômes

Il est possible de détecter la Covid-19 grâce à une montre connectée : c’est ce que des chercheurs du réseau d’hôpitaux, Mount Sinai Health System à New York et de l’université de Stanford en Californie ont découvert. Comment ? Grâce aux différents capteurs des montres connectées. Ces montres, dont la plus célèbre est la fameuse Apple Mach, sont capables de collecter la fréquence cardiaque, la température de la surface cutanée, ou encore le nombre de pas effectués.

Et, outre l’Apple Watch, certains modèles, comme les montres de Carmin ou de Fitbit, pourraient annoncer si un individu est positif au Covid-19 avant même qu’il soit symptomatique ou que le virus soit détectable par des tests. C’est le capteur de fréquence cardiaque qui donne les meilleures indications.

Selon les chercheurs, ces montres peuvent détecter des change­ments subtils dans le rythme cardiaque. Des modifications qui peuvent expliquer qu’un individu est atteint du coronavirus jusqu’à sept jours avant qu’il ne ressente les premiers symptômes, ou que les tests soient positifs.

Selon les scientifiques, la variation entre deux battements cardiaques dépend du système im­munitaire. Ce marqueur se modifie lorsqu’une inflammation se développe dans l’organisme. Or, le Covid-19 est extrêmement inflammatoire, ce qui permet de s’assurer que le marqueur correspond à cette affection.

Alors que la fréquence cardiaque varie fortement en temps normal, les personnes atteintes du Covid-19 ont présenté moins de variations, avec des battements de plus faible intensité. Au final, dans 81 % des cas, les personnes positives au virus avaient subi des modifications dans leur fréquence cardiaque au repos jusqu’à 9,5 jours avant l’apparition de symptômes.

Avec un tel système, les individus infectés pourraient être alertés précocement. Il permettrait aussi d’identifier les personnes asymptomatiques, qui représentent la moitié des cas. Et surtout, ces mesures peuvent être effectuées 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Article paru dans Plenior n°16 (mai 2021)
Trucs & astuces
Bitcoin : jusqu’où va-t-il monter ?

50 000 dollars 1 À l’heure où nous ré­digeons ces lignes, c’est le prix d’un bitcoin. Pour la plus connue des cryptomonnaies, née en 2009, il s’agit d’un événement historique. La mon­naie virtuelle ne cesse de battre des records, grâce notamment à l’intérêt de grandes banques ou de grandes entreprises telles que Tesla.

Le mois dernier, Elon Musk, le nou­vel homme le plus riche du monde, gérant du constructeur automobile Tesla et de SpaceX, n’a pas hésité à investir 1,5 milliard de dollars de sa trésorerie en bitcoin. Le même Musk n’en finit pas de vanter les mérites des cryptomonnaies sur ses réseaux sociaux et affole les compteurs dès qu’il rédige un mot.

Moyens de paiement pour trafiquants d’un côté, véritables révolutions tech­nologiques pour le système financier de l’autre, le bitcoin et les autres cryptomonnaies suscitent bien des discussions au point qu’il devient dif­ficile de se faire un avis tranché sur son avenir.

Une logique spéculative pour de jeunes hommes adeptes des jeux

Très récemment, une enquête réalisée par l’IFOP auprès de 3 000 personnes pour The Cointribune, média spécia­lisé dans les cryptomonnaies, montre que cette passion pour le bitcoin relève avant tout d’une logique spé­culative. Elle mesure non seulement les représentations associées à ces monnaies virtuelles mais dresse aussi, pour la première fois, le portrait-robot du détenteur de cryptomonnaies : le plus souvent un homme, jeune, aux revenus modestes et amateur de jeux d’argent et de hasard. Marqueur de différence générationnelle, 84 % des seniors (+ 65 ans) considèrent les cryptomonnaies comme un phéno­mène de mode.

Une monnaie encore victime d’idées reçues

L’étude montre que 33 % des Fran­çais partagent l’idée selon laquelle le bitcoin garantit l’anonymat complet de ses utilisateurs. Pourtant, cette affirmation est devenue totalement fausse. À l’inverse, la majorité des Français (42 %) ont bien compris que le réseau bitcoin ne dépendait d’au­cune institution publique

Un investissement attractif déroutant

Côté placements, 17 % des Français ont déjà mis leurs économies dans les cryptomonnaies et enfin 15 % dans les devises. Mais ce sont principale­ment les jeunes de moins de 25 ans (32 %) qui sont les plus nombreux à avoir réalisé un placement dans des cryptomonnaies. On retrouve tout de même certains freins à l’investisse­ment en cryptomonnaies tels que la nécessité de s’informer davantage sur le sujet (80 %), des incertitudes sur les taxes (74 %), le manque d’argent à investir (70 %), ou encore l’augmentation trop importante du prix par rapport au moment où l’in­vestissement est envisagé (67 %). À l’inverse, ce qui a principalement motivé les personnes ayant inves­ti dans les cryptomonnaies, c’est la volonté de gagner de l’argent à court ou long terme (91 %). La majorité des connaisseurs de bitcoin estiment que le cours du bitcoin pourrait atteindre 135 932 $ dans les années à venir.

Une monnaie qui pourrait tout de même trouver un public

Pour le moment la « Bitcoinmania » ne s’est pas encore vraiment empa­rée de Monsieur ou Madame-tout-le-monde : le profil sociologique des dé­tenteurs de cryptomonnaies (homme, jeune, petit épargnant, amateur de jeux d’argent…) rappelle plus celui du joueur de poker en ligne que ce­lui du bon père de famille. Il attache l’engouement pour les monnaies électroniques à l’univers des paris en ligne plus qu’à celui des placements boursiers. L’effet yoyo du cours du bitcoin évoque aussi la bulle Internet du début des années 2000. En revanche, si le bitcoin devenait l’équivalent d’un placement dans une valeur comme l’or, par exemple, 20 % des Français affirment qu’ils pourraient un jour envisager de ré­gler leurs achats sur Internet en bitcoins. C’est d’ailleurs le cas de 78 % des personnes ayant déjà inves­ti dans les cryptomonnaies. Sur ce sujet, 24 % des individus interrogés imaginent que le bitcoin pourrait de­venir l’une des monnaies les plus uti­lisées à l’avenir, au même titre que le dollar ou l’euro.

Quelques rappels sur le Bitcoin

Le bitcoin correspond à l’abrévia­tion BTC ou XBT. Il s’agit de ce que l’on appelle une cryptomonnaie. « Crypto », car elle est chiffrée, autrement dit codée, pour être sécurisée. Le codage en question répond au plus haut standard de chiffrement : le SHA-256. De fait, avec ce système, la monnaie est infalsifiable, contrairement à toutes les autres. Il n’existe donc pas de faussaire de bitcoins.

À qui appartient le bitcoin et qui le gère ?

Cette monnaie numérique n’appar­tient à personne. Elle a été créée en 2009 par un individu dont on ne sait presque rien, sinon son nom : Satoshi Nakamoto… Et encore… il pourrait bien s’agir d’un pseudonyme ! Elle échappe également à tout contrôle étatique ou de personnes. Mais attention, il ne s’agit pas pour autant d’une jungle. Car au-delà de la monnaie, il y a aussi le système d’échange bitcoin via Internet. Sa conception est publique, per­sonne ne peut posséder ni contrô­ler ce système, et tout le monde peut le rejoindre. Pour sécuriser la monnaie, en plus du chiffre­ment, un procédé astucieux fait transiter les échanges financiers via l’ensemble des ordinateurs des utilisateurs organisés en noeuds sur le réseau. C’est ce que l’on appelle le Blockchain. Si, par exemple, il manque un élément du noeud, la transaction ne peut pas être éta­blie. De plus, chaque échange est archivé numériquement et automa­tiquement dans l’équivalent d’un vaste livre de comptes. On peut donc consulter l’historique des échanges depuis la création du premier bitcoin en 2009. Pour se faire peur, il faut rappeler que lors de son lancement en 2009, 1 bitcoin, valait simplement 1 dollar… Imaginez la fortune qu’ont pu collecter les premiers utilisateurs !

Un travail de mineur

Contrairement aux monnaies physiques, les monnaies virtuelles sont disponibles en quantité limitée. Pour le bitcoin, le plafond est fixé à 21 millions d’unités. Des unités de monnaie seront émises au compte-goutte pour atteindre à terme ce plafond. La rareté est donc une explication de l’augmen­tation de leur valeur. Mais ce n’est pas la seule. Toutes les monnaies virtuelles sont calquées sur un principe : celui des chercheurs d’or. Au départ, il y a beaucoup d’or et peu d’orpailleurs. En trouver nécessite peu de moyen et est assez facile. Autrement dit, la monnaie virtuelle est abondante. Ensuite, les chercheurs vont se multiplier et l’or devient plus diffi­cile à dénicher. À l’étape suivante, il faut investir de plus en plus en moyens humains et matériels pour récolter de l’or. Enfin, ses sources vont se tarir et les moyens d’en trouver coûter de plus en plus cher.

Article paru dans Plenior n°16 (mai 2021)
Internet
3 méga-astuces pour le nouveau navigateur Edge

Edge existe pour les ordinateurs, mais aussi pour les mobiles. Le navigateur est alors capable de synchroniser ses données entre l’ordinateur et le smartphone. Pratique pour poursuivre une activité ou retrouver les onglets ouverts du mobile sur l’écran de l’ordinateur. L’application est disponible sur le Play Store à partir d’un mobile Android, ou bien sur l’App Store avec un iPhone.

Suite de l'article dans Plenior n°15 (avril 2021)
Smartphone & Tablettes
Préparez-vous à la 5G

Les médias parlent de la 5G depuis un bon moment déjà, et les rumeurs les plus folles circulent à son sujet, jusqu’aux théories du complot qui établissent un lien entre la 5G et le coronavirus. Bien entendu, il n’en est rien. Malgré des années de discussions sur le sujet, l’installation d’antennes et le lancement de smartphones compatibles, le lancement officiel de la 5G n’a eu lieu que le 18 novembre 2020 en France. Il s’agit de la date d’attribution des blocs de fréquence aux opérateurs mobiles. Mais que savez-vous vraiment de ce nouveau réseau, hormis qu’il est plus rapide ? La 5G a été conçue pour prendre en compte les nouvelles technologies avec les objets connectés et la réalité virtuelle, et offrir une meilleure fiabilité et une meilleure réactivité. Elle utilise de nouvelles fréquences, et intègre de nombreuses optimisations, ainsi que de nouveaux protocoles de sécurité. Découvrez son fonctionnement, les smartphones qui sont compatibles et le coût de l’abonnement pour profiter de ce réseau nouvelle génération…

Suite de l'article dans Plenior n°15 (avril 2021)
Internet
Les meilleurs sites pour vendre, acheter, donner des objets d’occasion

Vous l’avez compris, avec la crise sanitaire, l’avenir est incertain. C’est pourquoi, plutôt que d’acheter du neuf, il peut être raisonnable de faire de bonnes affaires ou de se débarrasser d’objets encombrants et peu utilisés via le Web. C’est notamment le cas pour certains cadeaux mal choisis, ou qui ne servent pas. Pour cela, des sites comme Le Bon Coin ou eBay sont devenus incontournables, mais il n’y a pas qu’eux. Dans cet article, PC G Mac pour Seniors vous explique lequel choisir selon les achats à réaliser. Vous saurez également comment déjouer les arnaques qui tirent profit des failles propres à ces sites. Voici tout ce que vous devez savoir pour que la vente (ou l’achat) se passe bien…

Suite de l'article dans Plenior n°15 (avril 2021)