Question / Réponse

« J’ai voulu vendre ma vieille auto sur le site Leboncoin. Je n’ai pas reçu beaucoup de réponses, sauf une qui m’a semblé suspecte. La personne m’a même adressé un mandat dont le tarif dépassait celui de la voiture. Avant de faire affaire, je voulais connaître votre avis sur la question. S’agit-il d’une arnaque ?

Votre intuition vous a sauvé. Vous avez failli tomber dans le piège d’un « brouteur », ou arnaqueur. Ce type d’arnaque est très fréquente sur leboncoin, surtout lorsqu’il s’agit de vendre des automobiles d’occasion

Étape 1 : le hameçonnage

La personne ne va pas vous contacter par e-mail, mais si vous avez publié un numéro de téléphone mobile sur l’annonce, elle va vous envoyer un SMS pour ne pas que son adresse e-mail soit bloquée par le site. Vous serez incité à y répondre par e-mail, souvent à une adresse Gmail.

Étape 2 : l’acheteur est pressé (trop) et veut payer la voiture sans l’essayer

En répondant à ce message, vous tombez dans les griffes des brouteurs. Il y a de grandes chances que vous receviez par la suite de nombreux e-mails pour vous solliciter. Ensuite, le bouteur va sortir son e-mail favori, presque correctement rédigé en français. Le correspondant peut se dire qu’il n’y a aucune raison de douter de la bonne foi de la personne. Elle est intéressée, mais elle est en vacances (à l’étranger) et veut réserver le véhicule. Elle va verser la somme, puis convenir d’un rendez-vous, sachant qu’elle habite dans notre exemple à « moulin » dans l’Allier. Outre le fait que le nom de la ville est mal orthographié (« moulin » au lieu de Moulins), pour le moment il n’y a rien à redire.

C’est ensuite que le bât blesse..
La personne laisse un numéro de téléphone étrange. Dans notre exemple, l’indicatif est le 00225. Il s’agit de la Côte d’Ivoire. Ensuite, si on relit l’e-mail, on se rend compte que malgré des tournures soutenues, le message est truffé de fautes. Bref, mieux vaut passer son chemin dès le premier SMS, ou plus radicalement, éviter de passer par le site leboncoin pour vendre un bien de valeur, comme une auto.

Withings Pulse, la montre d’activité parfaite

Le constructeur de montres connectées français Withings vient de sortir un nouveau modèle baptisé Withings Pulse, que la rédaction de PLÉNIOR a pu tester durant plus de quinze jours. La montre ressemble à un modèle à aiguilles traditionnelles. Son boîtier en laiton chromé est très réussi et elle dispose d’un bouton équivalent à un remontoir de montre classique. Mais la Wthings Pulse ne se limite pas à donner l’heure. Elle est pourvue d’un mini-cadran numérique permettant d’aff icher les messages reçus, les appels et de visualiser les différentes options. Et c’est sur ce point que ce modèle nous a impressionnés. En poussant et en tournant la molette, on trouve différentes options, dont le relevé de la fréquence cardiaque. En enfonçant le bouton, l’heure et la date s’affichent. En tournant la molette, on explore plus en profondeur un menu spécifique. Il est ainsi possible de prendre un électrocardiogramme. Sans doute la plus attrayante du marché .

Un électrocardiogramme dans la montre
Cette fonction a été validée médicalement en France. Pour l’utiliser, il faut la déclencher et poser sans bouger les doigts sur le cadran métallique. Au bout de 30 secondes, le résultat s’affiche. Testé sur mon père qui souffre de fibrillation auriculaire, l’appareil a dressé le bon diagnostic. Le résultat de l’ECG est disponible dans l’application sous forme de fichier et peut être transmis au médecin. Autre option intéressante : la détection du taux d’oxygénation du sang. Le principe est le même. En plus de pouvoir détecter votre activité physique (marche, natation, vélo…), la montre sait aussi relever vos phases de sommeil et elle est homologuée comme appareil de détection de l’apnée nocturne. Il est rare que je ne trouve pas de défaut à un objet high-tech, mais je dois dire que cette petite montre connectée est aussi élégante que précise et utile. Reste son tarif avoisinant les 300 euros, seul véritable frein.

..

Matériels
5 questions à Eric Bougerolles responsable du pôle Audiologie Oticon, France

Leader mondial des aides auditives, « Oticon More » est la 1ère aide auditive dotée d’un Réseau Neuronal Profond (RNP) nourri avec 12 millions de scènes sonores. Sa puissance de traitement permet d’optimiser les sons de l’environnement de l’utilisateur en temps réel. Cette innovation permet d’offrir aux utilisateurs tous les sons pertinents. Oticon n’hésite pas a parler de l’aide auditive la plus performante proposée sur le marché. A l’occasion de ce lancement Mr Eric Bougerolles (Responsable Pôle Audiologie Oticon France), a répondu aux questions de PLÉNIOR.

Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots en quoi OTICON MORE innove par rapport aux aides auditives traditionnelle ?
Les aides auditives traditionnelles se basent sur des règles simples pour déterminer si de la parole et si du bruit sont présents dans l’environnement. Ces règles sont utilisées pour traiter la scène sonore de manière simpliste. L’appareil se focalise sur la source principale et tente de supprimer tout le reste. C’est ce que nous appelons la directivité. Avec Oticon More, l’approche est totalement différente. Nous savons, par des études scientifiques nombreuses et indépendantes, que pour que le cerveau fonctionne naturellement, il doit avoir un accès complet à la scène sonore. Il doit pouvoir suivre chaque source sonore et c’est lui qui va décider de son importance. Pour fournir au cerveau cet accès multi sources, nous nous appuyons sur le niveau ultime de l’Intelligence artificielle : le Réseau Neuronal Profond.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le Réseau Neuronal Profond qu’utilise OTICON ?
Un réseau neuronal profond est un réseau de neurones artificiel capable d’apprendre sur un principe qui imite le cerveau et qui est capable de s’adapter à toute nouvelle situation grâce à cet apprentissage. Le RNP d’Oticon More a été entrainé à traiter différentes scènes sonores. Nous lui avons appris à mettre en évidence toutes les sources sonores d’un environnement. Pour cela nous avons utilisé pas moins de 12 millions de scènes différentes. Il est désormais capable de traiter toute nouvelle situation, grâce à son apprentissage. Même des situations qu’il n’aurait jamais rencontrées auparavant.

Comment obtenez-vous la puissance de traitement que vous annoncez ?
Pour piloter un réseau neuronal profond, il faut effectivement une puce électronique extrêmement sophistiquée mais surtout extrêmement puissante. Par rapport à la plateforme précédente qui était déjà parmi les plus puissantes, nous avons doublé la puissance de calcul. La plateforme Polaris est capable d’exécuter 16 fois plus d’algorithmes complexes. Tout ça sans augmenter significativement la consommation électrique. Oticon More est une aide auditive rechargeable qui offre une journée complète d’autonomie même avec du streaming.*

Quel est en pourcentage du CA le budget de la recherche chez OTICON et combien de personnes y travaillent ?
Il est difficile de dire combien de personnes travaillent sur le projet. En effet, nous avons beaucoup de projets différents qui s’entremêlent. Mais un projet tel que celui qui a abouti avec Oticon More a mis plus de 10 ans à voir le jour et plusieurs centaines d’ingénieurs y ont participé. Il faut savoir qu’Oticon fait partie d’un groupe qui s’appelle Demant dont l’actionnaire majoritaire est une fondation. Grâce à cette structure inédite dans notre industrie, nous pouvons investir sur des projets à très long terme. En 2019, le montant s’est élevé à environ 9% de notre chiffre d’affaires. Ce qui en fait surement le plus gros investissement en R&D du marché.

A quel prix sont vendues ces aides auditives et dans quels réseaux principalement ?
Oticon More est disponible dans pratiquement tous les réseaux. Il est pris en charge au titre de la réforme du 100% santé en classe 2. Il faut compter un peu moins de 2000 € pour notre version la plus performante. Il faut rappeler que ce prix comprend l’appareil bien sûr, mais également le service fourni par l’audioprothésiste, l’adaptation et le réglage, ainsi que la garantie de service et de panne pour 4 ans.

* Le streaming est la capacité qu’a l’aide auditive à recevoir les sons directement en provenance de votre portable par exemple, ou d’une autre source numérique.

..

—-

Internet
Prenez garde aux faux e-mails des banques !

 

Selon le dernier rapport de la société de sécurité informatique Bitdefender, la pandémie mondiale de coronavirus a provoqué un changement important dans le paysage des menaces. Les cybercriminels opèrent différemment et perfectionnent leurs attaques. Au premier semestre 2020, ils ont exploité les problèmes liés à la crise Covid-19 pour semer la peur et la désinformation.              Résultat : une augmentation des escroqueries, de la récupération d’identifiants et des logiciels malveillants sur les ordinateurs et les mobiles. En mai et juin, environ 60 % de tous les e-mails reçus étaient frauduleux. Qu’il s’agisse d’une escroquerie exploitant le coronavirus, d’une collecte de fonds ou d’une offre exceptionnelle à ne pas rater, les escrocs ont utilisé toutes les astuces du commerce pour tromper les victimes en leur soutirant des informations sensibles ou en installant des logiciels malveillants. Parmi elles il y a les tentatives d’escroqueries via les faux e-mails bancaires.

Article paru dans Plenior n°13 (février 2021)
Internet
4 questions à Nicolas Menet (Directeur Général du groupement innovation Silver Valley)

Comment l’innovation doit s’adapter à toutes les étapes de l’avancée en âge ?
En connaissant finement les besoins des personnes concernées ! Les études consommateurs, le design thinking n’ont plus de secrets pour personnes. Il apparaît nécessaire, étant donné la complexité du public des personnes qui avancent en âge, d’embrasser la vaste étendue et surtout la diversité des besoins et des attentes. On dénombre pas moins de 9 profils de personnes âgées différents. C’est dire l’hétérogénéité de cette population qui représente bientôt 30% de la population Française. Pour Silver Valley , aucune innovation ne peut se développer sans passer les fourches caudines des usagers finaux, à savoir les séniors eux-mêmes qui participent au quotidien à nos recherches et nos tests faits avec les entrepreneurs sur des innovations qui les concernent directement. Ainsi, l’innovation dédiée à la longévité doit d’abord s’attarder sur « l’ajustement à l’avancée en âge ». Avant de brandir le chiffon rouge de la prévention et de la perte d’autonomie, la silver économie (filière dédiée à la réponse aux besoins de la transition démographique) doit envisager l’avancée en âge comme autant d’étapes où les besoins sont différents. L’innovation numérique peut dans un premier temps mobiliser la reconnaissance vocale – comme avec Google Home ou Alexa pour pallier les petites difficultés liées à la motricité fine pour des personnes atteintes de troubles modérés de la préhension par exemple. Il s’agit là d’un simple ajustement à l’avancée en âge. Dans un second temps, des plateformes de services numériques complexes peuvent servir de lien entre une personne âgée au domicile, une équipe de soignants et sa famille tout en proposant des activités adaptées à faire au domicile. Le parfait exemple est la tablette Ardoiz du Groupe La Poste qui peut s’adresser à une cible plus âgée, un peu plus fragilisée. Enfin, l’habitat domotique et adapté va permettre aux personnes les plus dépendantes de rester comme elles le souhaitent au domicile.

Qu’est-ce que cette période nous apprend sur la prise en main du numérique par les séniors ?
Les compétences numériques des personnes de plus de 60 ans ont largement évolué pendant ces deux confinements successifs et c’est une excellente nouvelle ! Il faut savoir que selon le baromètre du numérique du Credoc en 2019, près de 20% des personnes de 70 ans utilisent régulièrement un réseau social de type Facebook. Et ce chiffre ne fait qu’augmenter. Le numérique est un véritable levier pour le vieillissement actif et positif, en particulier Internet . Il permet de rester en lien – même si le numérique ne remplace en rien bien sûr de vraies relations humaines – il permet de se fournir en biens et services sans avoir à supporter la contrainte et le danger perçu dorénavant de se rendre dans un centre commercial. Mais surtout Internet permet d’accéder à l’infini à l’information, le divertissement, la culture etc. C’est un véritable palliatif en cette période de repli sanitaire et qui contribue à changer radicalement le rapport au vieillissement et ce, durablement.

Comment le numérique révolutionne concrètement le quotidien des seniors ?
S’informer, se fournir en bien et service, communiquer, lutter contre l’isolement… On l’a dit, le numérique répond à de très nombreux besoins pour les personnes qui avancent en âge. Mais là où un véritable changement de paradigme existe, c’est que les usages numériques ne concernent pas que les usages personnels. En effet, le numérique permet de résoudre des problèmes de santé publique pour lesquels jusqu’ici il n’existait pas de solutions. Par exemple, la non-observance des traitements médicamenteux coûterait plus de 9 milliards d’euros au système de santé par an selon l’IGAS. Avec des objets connectés comme un pilulier connectés ou un système d’alarme de prise médicamenteuse – on est en capacité de s’assurer qu’un traitement est pris. Idem pour la question de l’hydratation de la personne âgée. Une startup comme Auxivia a inventé un verre connecté qui permet de suivre l’hydratation, qui, on le sait, peut être à l’origine de réels problèmes de santé graves chez la personne âgée. Il en est de même avec la révolution de la E-Santé et de la Télémédecine qui va permettre de faire des économies d’échelle considérables pour le système de santé en rendant la consultation plus fluide et accessible à des publics jusqu’ici isolés.

Qu’est-ce que l’avenir nous réserve ?
Une société de la longévité connectée ! Pour se faire, il existe trois conditions sine qua non qui doivent être appréhendées par l’ensemble des acteurs, qu’ils soient publics, institutionnels et privés. Premièrement, c’est de s’assurer que l’ensemble des séniors aient un accès simple à internet et qu’ils savent l’utiliser. Selon les Petits Frères des Pauvres, on dénombre aujourd’hui encore 4 millions de personnes de plus de 60 ans totalement exclues du numérique. Il est donc indispensable de s’assurer que ce nombre diminue et que la connectivité du territoire est à égalité partout. Deuxièmement, il s’agit d’embarquer les professionnels du grand âge dans cette aventure numérique collective. Sans eux, le numérique ne sera pas accepté par les plus âgés d’entre nous qui sont aussi ceux qui en ont le plus besoin. Troisièmement, il apparaît aujourd’hui fondamental de renforcer l’interopérabilité au sein notamment du secteur médico-social et sanitaire. C’est-à-dire que si l’on veut renforcer l’innovation dans ce secteur, il faut que les startups numériques dédiées puissent s’arrimer aux systèmes existants afin de renforcer l’agilité et la diversification des services proposées. Le numérique est aujourd’hui un pilier de la société de la longévité et la crise sanitaire actuelle le prouve de façon évidente. Sans accès au numérique, sans innovation numérique, sans réponse aux besoins, sans objets connectés, sans formations… une rupture sociale risque de se faire, excluant alors les plus fragiles et les plus isolés d’entre nous. Il semble que cette vision de la société, personne ne la souhaite!

Article paru dans Plenior n°11 (décembre 2020)
Matériels
Faut-il avoir la 5G à tous prix ?

Question de Maryse Lebrun (Rambouillet) :
On entend beaucoup parler de la 5G dernièrement, et je viens de voir que le nouvel iPhone 12 est aussi compatible avec ce nouveau réseau. Je voudrais savoir si je devrais investir dans un nouveau smartphone pour profiter de vitesses plus élevées, et si mon smartphone actuel risque de bientôt ne plus pouvoir se connecter ?

Les constructeurs de smartphones font le buzz depuis quelque temps autour de la nouvelle norme mobile. La 5G est la technologie qu’il faut avoir à tout prix.
Toutefois, il n’y a aucune urgence à changer de téléphone. La 4G suffi t amplement pour la plupart des usages, et ne risque pas de disparaître de sitôt. La 4G et la 5G vont cohabiter pendant de nombreuses années, et la nouvelle norme a été conçue pour éviter les confl its entre ces deux technologies. Donc votre smartphone actuel pourra continuer à profiter des débits actuels pendant de nombreuses années. De plus, la 5G n’existe pas encore en France. Les opérateurs viennent à peine de passer l’étape de l’attribution des fréquences, et n’ont pas encore l’autorisation d’émettre. Le déploiement du réseau commencera ensuite, d’abord dans quelques grandes villes, et il faudra attendre sans doute plusieurs années avant de bénéficier d’une couverture nationale correcte.Aussi, il est important de noter que les mobiles 5G actuels utilisent pour l’instant une technologie
nouvelle, qui sera encore largement optimisée. Comme avec les précédentes évolutions, les premiers combinés risquent d’avoir une autonomie réduite en utilisant le réseau 5G.

Article paru dans Plenior n°11 (décembre 2020)
Séniors: comment choisir un smartphone adapté

D’après une étude réalisée par River Research pour Doro, fabricant spécialisé de téléphones pour seniors, si 95 % des personnes de plus de 60 ans sont équipées d’un mobile, seulement 30 % des plus de 70 ans le sont d’un smartphone. Mais la demande a explosé en trois ans et cette tendance se confirme en ces temps de crise sanitaire et de généralisation du numérique. Il faut aussi dire qu’en s’agrandissant, le fameux smartphone devient plus utilisable pour les seniors. Et ils ont bien compris comment l’exploiter pour communiquer de visu avec la famille durant le confinement et encore aujourd’hui. Il existe des mobiles dédiés aux seniors, mais sont-ils faits pour vous ?  PLENIOR a enquêté, testé et fait le point pour vous aider à trouver celui qui vous convient.

Trouver mobile à sa main

Les smartphones sont de véritables mini-ordinateurs connectés sans cesse à Internet. Ils servent à téléphoner, envoyer des messages, mais aussi à photographier à tout moment. Ils peuvent être utilisés comme GPS pour se déplacer à pied ou en auto, mais aussi servir à s’informer, se divertir et même se protéger, comme c’est le cas avec les applications dae lutte contre le Covid-19. Ils sont presque
indispensables aujourd’hui, puisque désormais tout se gère à partir du numérique, même les démarches administratives, qui nécessitent l’installation d’une application. Mais voilà, souvent, changer d’appareil est contraignant, et pas seulement pour les seniors. Il faut apprivoiser un nouvel objet et changer ses habitudes. Pour éviter d’être déboussolé, il est souvent préférable d’aller au plus simple.
C’est ce que nous allons faire dans cet article.

Suite de l'article dans Plenior n°11 (décembre 2020)
Trucs & astuces
Restaurez vos vieilles photos abîmées

Aujourd’hui, avec les appareils-photo numériques, les clichés sont presque éternels. Ils ne se dégradent pas et il est possible de les imprimer au besoin. À l’époque de
la photographie argentique, les photos anciennes ne vieillissaient pas toujours bien. À moins d’avoir pu mettre de côté les négatifs, ces images s’effaçaient avec le temps. Aujourd’hui, avec un simple scanner, il est possible de les numériser, puis de les restaurer pour leur redonner une seconde jeunesse. Pour cela, en plus du scanner, il faut utiliser un outil de retouche d’images gratuit et suivre les étapes de cet article.

Ressortez vos vieux clichés des cartons
Des vieilles photos en noir et blanc de famille, nous en avons beaucoup chez les Larive. Ces clichés d’antan sont les seuls souvenirs de nos ancêtres. Ils sont précieux, c’est pourquoi il est important de les protéger. Si elles restent le plus souvent stockées dans des cartons ou des albums, ces photos ne sont cependant pas à l’abri d’une catastrophe. Outre les déménagements, les générations de doigts gras ou les détériorations accidentelles, il pourrait arriver une catastrophe à ce patrimoine. Pour cela, à l’image des archives nationales, nous vous proposons de les numériser. Cette manipulation simple à effectuer vous permettra ensuite de restaurer les photographies les plus abîmées.

Ce qu’il vous faut :
• un scanner. Aujourd’hui, la plupart des imprimantes sont équipées d’un scanner. Il permet à la fois de numériser un document, d’en faire une photocopie ou encore de réaliser des tirages de documents ou de photos.
• un logiciel de retouche d’image eff icace. Sur les PC, nous apprécions Paint.NET. Ce logiciel gratuit ne fonctionne pas avec les Mac, pour lesquels nous avons trouvé
un excellent compromis : un service en ligne gratuit qui off re de puissantes options de retouche photo et qui s’appelle Photo Editor Pixlr.

Suite de l'article dans Plenior n°11 (décembre 2020)